1990, 2011, 2017…



C’est une danseuse qui a fait prendre un tournant au traditionnel rendez-vous des illuminations. On est au tout début des années 1990. Bernard Libersa, Xavier Brunel et quelques autres ne le savent peut-être pas encore, mais ils viennent de jeter les bases d’un festival qui rassemblera, près de vingt ans plus tard, environ 3 000 spectateurs sur deux soirées. (puis 3 soirées à partir de 2014, ndlr) « Il nous fallait un événement sur la place d’Aix-en-Issart, explique Bernard Libersa, originaire de Marant, et aujourd’hui programmateur de l’événement. On a monté une scène basique et fait venir des groupes locaux. » Qui sont devenus de moins en moins locaux. Aujourd’hui, des pointures comme Les Mauvaises Langues ou des musiciens de La Rue Kétanou sont passés par la place des Marronniers. « On est clairement orienté chanson française, à textes, voire un peu rock », reprend l’électricien de métier dont l’aide est précieuse dans la logistique. Le programmateur écume les festivals du genre en France, tels que le Thé vert à Nogent-le-Rotrou, Aux Champs à Chanteix (Corrèze) ou Musicalarue, à Luxey (30 000 personnes en trois jours, dans les Landes). Les bénévoles aixois ont bien conscience de ne pas boxer dans la même catégorie. Il n’empêche, ils ont quelques arguments à faire valoir : « On veut absolument rester sur le principe de quelque chose de gratuit », avance Ségolène Lafonte, une autre cheville ouvrière de l’événement. Et du bénévolat : une cinquantaine de personnes le week-end pour servir 600 repas le dimanche, assurer la bonne tenue de la buvette (environ 25 fûts de 50 litres de bières à vider), ou le service des crêpes et gaufres (respectivement 100 et 60 litres de pâte à écouler). Les jeunes du village donnent un coup de main, les autres arrangent l’église qui accueillera des représentations, d’autres encore aident au montage de la scène et des stands… Enfin, tout le monde loge chez tout le monde : « On s’est parfois retrouvés à 30 à la maison », raconte Bernard Libersa. Une convivialité que les artistes eux-mêmes expérimentent à l’occasion. Et leur donne sans doute envie de revenir. •Source « La voix du Nord »

Historique


2009

Les Mauvaises Langues, Les Fils de Sammy, Delbi, Lemito, Rue du Quai

2010

Batignolles, Les Flow, Corto Sinn, La Mathilde, Les Qui

2011

Florent Vintrignier, Mon Coté Punk, Les Becs bien zen, Le Pied de la pompe, La Mathilde, Justin Blaiz, Monodon

2012

Les Becs bien zen, Jef Kino, Face à la mer, Les Malentendus, Mr Melon, La Demoiselle inconnue

2013

Le Trottoir d’en Face, La Main Gauche, La Mathilde, PPFC, Les Fragueules, Justin Blaiz, Plein la Gueule

2014

Monodon, Koutoçuiss, Justin Blaiz, Le Vrai terrien, Alee, Karpatt, Au coin du fût, Mémo, Lénine Renaud

2015

Koutoçuiss, Père et Fils, Justin Blaiz, 5 marionnettes sur ton théatre, la Goutte, Les Mauvaises langues, Barrio populo, les Yeux d'la tête

2016

Paris Bohême, Candide, Père et Fils, Erwann Pinard, Epsylon, Dolorest, Faut qu'ça guinche, Au tour du temps

2017

Paris Bohême, Alee, Bob's not dead, jet d'encre, karpatt, La gapette, Jagas, Au tour du temps, Serial Kipper, La compagnie Cirqmu